Ecrivain indépendant Des livres pour comprendre et lutter
Livres essentiels 

pour comprendre et lutter

Quel avenir pour la profession d'écrivain ? Le monde de l’édition... Des lois à contester...

Journal Officiel du mardi 20 janvier 2015
2015 :
des députés se saisissent du dossier

Ecrivains : Soyez indépendants ou coulez avec éditeurs, libraires, distributeurs.

Ne laissez pas les politiques (amis des éditeurs) nous voler la révolution numérique...


(plus bas, le texte fondateur, rédigé en 2010, toujours exact en 2014, même après modification du taux de TVA...)

SOFIA, la Société Française des Intérêts des Auteurs de l'écrit, ce nom, vous venez de le découvrir comme gestionnaire des "oeuvres indisponibles du vingtième siècle" ?

L'organisme a pris de l'importance avec ce beau coup des éditeurs contre les droits des écrivains mais elle gère déjà l'argent de la "Copie privée" et celui du "droit de prêt en bibliothèque." Les écrivains ne touchent pas un centime de ces droits ! Exclus par la loi ou la Sofia ? C'est ce que nous allons analyser...

Deux livres ont été publiés sur ces sujets ignorés des médias et des élus :

- Loi sur la Copie privée : inconstitutionnelle ou gestion illégale ?

- Conforme à notre Constitution, la Loi sur le droit de prêt en bibliothèque ?

ILS SONT EN VENTE LIBRE mais INVISIBLE dans ce pays des MEDIAS AMIS des INSTALLES...

le livre sur la copie privée

--> Les livres .

Des livres pour comprendre, des livres pour agir



Comprendre
Agir
le livre sur la copie privée
droit de pret en bibliothèque
guide autoédition
devenir écrivain


Présentation de ces livres




Texte de référence du mouvement ecrivainindependant.org, signé par son président et créateur.

Ecrivains : Soyez indépendants ou coulez avec éditeurs, libraires, distributeurs.


Le monde de l’édition fonce droit vers le même échec que celui de la chanson. Les déclarations de ses sommités rappellent celles de leurs confrères musicaux quand se proclamaient des propos péremptoires du genre : jamais un internaute n’écoutera de la (bonne) musique sur le net, jamais un producteur n’ira découvrir sur le net un petit groupe fier de son petit site perso, le public est très attaché au CD...
Ainsi le livre en bon vieux papier leur semble éternel ! Et c’est juste pour satisfaire des industriels et occuper « une niche » si certains éditeurs suivent Sony et son « eReader PRS-505 »... S’ils croyaient aux livres numériques ils ne commettraient quand même l’erreur d’ « offrir un rabais de 10% sur les livres numériques par rapport aux livres imprimés.» (Arnaud Nourry, patron de Hachette Livres, partenaire de Sony et la Fnac dans l’opération « reader »)
Ainsi les tenants du modernisme devraient payer leur snobisme au prix fort : 300 euros pour le lecteur et 10% de remise seulement sur le livre... En considérant des livres à vingt euros, qui passent ainsi à dix-huit, après 150 livres l’acheteur a amorti son appareil !... à 20 livres par an, dans 8 ans le Reader fonctionnera peut-être encore… Mais non, cet objet s’adresse aux très gros lecteurs voyageurs... une niche quoi...

Pourtant le livre numérique est l’avenir. Cette initiative, tellement plombée de sous-entendus, ne doit pas nous décevoir : tout ce qui fera parler du livre numérique est bon… et dès que quelques exemplaires auront été achetés, ils se retrouveront rapidement sur les sites d’échanges de livres qui ne vont pas manquer de fleurir, pendants des sites musicaux. Et tout s’emballera ! Quant au lecteur de ces fichiers en format PDF, il existe déjà, il est gratuit : le lecteur de fichiers PDF, présent sur la majorité des ordinateurs ou téléchargeable légalement gratuitement.
Comme dans la filière musicale, le gratuit va plomber les ventes de livres... de la faute des installés obnubilés par le maintien de leur petit commerce sans réfléchir aux conséquences du numérique... L’acheteur potentiel n’est pas dupe : le livre comme le CD permettent à des filières de très bien vivre et aux créateurs de survivre avec des miettes (avec naturellement quelques têtes de gondoles vers lesquels les micros se tendent – ainsi il est risible d’entendre Pascal Obispo assimiler le téléchargement illégal à un « assassinat de la culture »... son succès, voulu par les industriels de la musique, fut sûrement plus préjudiciable à une certaine idée de la culture...)
Merci Sony : il faut habituer les lecteurs au numérique ! Ensuite, les sommités s’évanouiront dans les souvenirs de l’Histoire avec leurs raisonnements préfabriqués...

Les écrivains se retrouvent face au même dilemme que les auteurs compositeurs interprètes au début des années 2000 : rester sur le même bateau que les industriels (donc s’enrichir encore un peu pour les mieux lotis et un jour couler) ou penser, réorganiser toute le filière, se la réapproprier.
Les auteurs, compositeurs et interprètes ont perdu le combat en restant figés dans le giron producteurs-sacem, une sacem depuis longtemps liée aux industriels par un tour de passe-passe où sur plus de 120 000 membres, le pouvoir est accaparé par les membres « professionnels » et « définitifs », à peine 4000, une oligarchie inféodée aux majors qui prétend représenter l’ensemble de la profession. Les autres sont sollicités pour signer des pétitions « pour le droit d’auteur ». Pour pérenniser les privilèges d’une minorité ! Ainsi la sacem a souhaité l’instauration d’une « offre payante »… où comme dans la filière du disque physique les créateurs reçoivent des clopinettes… (sept centimes par téléchargement selon les derniers chiffres) Naturellement, cette « offre payante », contrôlée par les mêmes intermédiaires, malgré les clopinettes reversées aux créateurs, continue à facturer la musique à un tarif démesuré.

Livres comme musique : les citoyens ont enfin assimilé l’indécence des prix exorbitants demandés et refusent ce paiement dont le partage est loin d’être équitable. Ce sera donc un tarif raisonnable ou le gratuit !
Alors, quelle perspective pour les écrivains ? Qui va oser larguer imprimeur, éditeur, distributeur, libraires, pour vendre son prochain roman en numérique à cinq euros, directement sur son site ?
Soyez indépendant ou disparaissez avec éditeurs, libraires, distributeurs. N’attendez rien des politiques : des collectivités locales continuent à subventionner des installations de librairies et des éditeurs « papier ». Comme en son temps le papyrus, le livre dos carré collé a trouvé plus pratique et moins cher : le livre numérique, qui peut descendre à cinq euros comme prix de référence (même avec 19.6 % de TVA) et GRATUIT quand il s’agit des classiques « libres de droits », tombés dans le domaine public.
Malheureusement, comme pour la musique, aucun débat raisonnable ne peut s’instaurer : les médias sont scotchés dans le schéma de pensée des industriels et leur opposition créateurs - téléchargement illégal… Les mêmes arguments arrivent du monde littéraire officiel… où des pantins soutiennent les industriels du livre comme des chanteurs reprenaient le couplet des majors et de la sacem se tenant par la barbichette pour maintenir leurs marges et nous entraînant dans une impasse.
Même la gratuité des versions numériques des classiques semble scandaleuse dans le microcosme du livre, « il ne faut pas que ces livres deviennent gratuits. On pourrait imaginer une prolongation du paiement du droit d’auteur et que ces revenus reviennent à une sorte de caisse centrale des écrivains. » (Régis Jauffret, écrivain, lors d’un débat sur le livre numérique organisé par le « conseil permanent des écrivains », en mai 2009)

Pourtant : édition comme chanson, les sommes disponibles ne permettent plus aux créateurs de nourrir des intermédiaires qui plus est devenu peu utiles depuis les possibilités du web...

Suivre le flux des infos :
flux des infos SUIVRE FLUX...



Quels écrivains souhaitent rester indépendants ?





Les écrivains qui resteront indépendants rencontreront les internautes ?








Réagissez désormais ici même :


Ajouter un commentaire ou votre idée littéraire

- 28 janvier 2015 validé à 19 heures 49
Auteur : tibibou
Propos : Rien n'empêche les lecteurs et les auteurs de se retrouver sur les sites des auteurs ou de maisons d'édition numérique (pure player) qui pratiquent des tarifs raisonnables.
Que ce mouvement prenne de l'ampleur, c'est tout ce qu'on souhaiter...

- 15 novembre 2013 validé à 09 heures 36
Auteur : aline
Propos : C'est un fait, les écrivains indépendants sont absents des médias, ils sont même méprisés par de nombreux forums où des prétentieux se croient plus important qu'eux

Le mouvement ecrivainindependant.org

Sur le forum :

La photo du coquelicot lotois sous la pluie
Lecture de ce mini livre (cette page)


Des livres ESSENTIELS, vendus en numérique à tarif décent (moins de trois euros, un tarif militant du numérique) Le livre numérique, fils de l’auto-édition
Le livre numérique auto-édition
Copie privée, droit de prêt en bibliothèque : vous payez, nous ne touchons pas un centime
Copie privée, droit de prêt en bibliothèque : vous payez, nous ne touchons pas un centime
Comment devenir écrivain ? Être écrivain !
Comment devenir écrivain ? Être écrivain !
Mentions légales page contact
Commentaire sur le forum :
Lecture et commentez.